Présentation du projet

Contexte

Les zones faiblement ou non interconnectées aux grands réseaux électriques, et en particulier les îles, font dans la plupart des cas appel à des sources d’énergie fossiles pour leur production d’électricité, ce qui implique des niveaux d’émissions et de pollutions élevés, mais également des coûts supérieurs à ce que l’on peut trouver sur les continents. Afin de réduire leur dépendance énergétique tout en contribuant à se rapprocher de la neutralité carbone, le recours aux énergies renouvelables est privilégié, mais celles-ci nécessitent d’être couplées à des moyens de stockage pour faire face à leur variabilité et leur intermittence. Si le stockage par batteries est souvent considéré, l’hydrogène peut avoir des contributions complémentaires à celles des batteries, notamment en termes de stockage de long terme, d’intégration entre différents secteurs (électricité, transports et chaleur) ou encore de fourniture de services système. Les rôles que peut avoir l’hydrogène dans la transition énergétique des îles, d’outre mer notamment, sont cependant encore insuffisamment étudiés.

Objectifs

Le projet HyLES, financé par l'Agence Nationale de la Recherche, vise à étudier les rôles et impacts que peut avoir l’hydrogène pour accompagner une transition vers l’indépendance énergétique et la neutralité carbone pour la production d’électricité et les transports dans les zones faiblement ou non interconnectées. Il s’intéressera tout particulièrement à trois cas d’étude avec des localisations, besoins, ressources, économies et cultures différentes :

  • La Corse,
  • L’île de La Réunion,
  • La Polynésie Française.

Partenaires et soutiens

Une approche interdisciplinaire entre sciences pour l’ingénieur, sciences du climat et sciences humaines et sociales étant particulièrement nécessaire sur ce sujet, le projet s’appuie sur des contributions de partenaires des trois domaines et des trois zones étudiées :

Le projet est également soutenu par le Pôle Véhicule du Futur.

Etapes du projet

  • Dans un premier temps, le projet étudiera les contextes locaux non seulement en termes de potentiels de production et de consommation, mais également en termes de verrous socio-économiques à l’intégration des technologies hydrogène.
  • Des études sur des scénarios à l’horizon 2050 et au-delà permettront d’envisager différents scénarios prospectifs prenant en compte les impacts attendus du changement climatique.
  • Ces résultats seront utilisés en vue d’une intégration à l’échelle locale (bâtiment, quartier) et à l’échelle des réseaux des îles. Cette intégration s’appuiera non seulement sur les besoins électriques, mais également sur le potentiel de décarbonation des transports (terrestres et maritimes) ou encore la production de chaud et de froid.
  • Enfin, dans un dernier volet, le projet réalisera une étude de l’impact socio-économique de l’intégration des technologies hydrogène sur les territoires étudiés.
  • Un livre blanc de recommandations quant à l’intégration de l’hydrogène en territoire insulaire sera publié. Une attention particulière sera portée à mettre les travaux au maximum en accès ouvert et aux interactions avec les populations, acteurs institutionnels, industriels et académiques des zones étudiées.

Contact

Pour plus d'informations, contacter le coordinateur du projet : Robin Roche, FEMTO-ST / FCLAB